France Télécom : les ex-dirigeants condamnés pour harcèlement moral.

0
France Télécom

Le ministère public a requis vendredi en appel un an de prison dont six mois avec sursis contre les ex-dirigeants de France Télécom, coupables selon lui d’avoir « conçu et mis en place » une politique de harcèlement moral.

Le ministère public a requis vendredi en appel un an de prison dont six mois avec sursis contre l’ancien PDG de France Télécom Didier Lombard et son ex-numéro deux, coupables selon lui d’avoir « conçu et mis en place » une politique de harcèlement moral ayant conduit des salariés au suicide en 2007-2008. Didier Lombard et Louis-Pierre Wenès avaient été condamnés en première instance, en 2019, à un an de prison dont huit mois avec sursis et 15.000 euros d’amende.

Le ministère public a requis devant la cour d’appel de Paris une amende du même montant et demandé, comme en première instance, qu’ils soient relaxés pour les faits postérieurs à 2008. Six mois avec sursis et 10.000 euros d’amende ont par ailleurs été requis contre quatre anciens responsables, jugés pour complicité.

Selon l’avocat général Yves Micolet, Didier Lombard et Louis-Pierre Wenès ont « fait du harcèlement moral un outil industriel, de ressources humaines », pour parvenir à obtenir, via le plan Next présenté en 2006, le départ de 22.000 employés et la mobilité de 10.000 autres, sans procéder à des licenciements économiques ni mettre en place un plan de sauvegarde économique.

La direction de l’entreprise, privatisée en 2004 et qui s’appelle désormais Orange, « savait qu’elle n’arriverait pas sans harcèlement moral à réaliser le plan Next », dont l’objectif était « irréalisable », et que ce plan provoquerait de la « casse » parmi les employés, a appuyé le ministère public. Selon l’avocat général, la « direction avait conscience qu’elle violait la loi » et a maintenu sa politique « coûte que coûte », jusqu’à l’éclatement de la crise au grand jour à l’été 2009, malgré les nombreuses remontées internes et les alertes lancées par des syndicats sur les conséquences sociales.

Pendant l’audience, les cas de 39 employés ont été examinés: 19 se sont suicidés, 12 ont tenté de le faire et huit ont connu un épisode de dépression ou un arrêt de travail sur la période 2007-2010.

Source : AFP

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here