Twitter licencie 4 400 à 5 500 contractuels sans les avertir au préalable, ni prévenir les équipes internes,

0

Twitter a éliminé un grand nombre d’employés contractuels samedi, affectant entre 4 400 et 5 500 travailleurs. Les réductions de personnel ont été signalées samedi par la plateforme « Casey Newton de Platformer ».

La plupart des employés contractuels n’ont pas reçu de notification de leur licenciement et ne l’ont appris qu’après avoir perdu l’accès aux systèmes de messagerie et de communication interne de l’entreprise. Certains de ces travailleurs contractuels étaient basés à l’étranger, notamment en Inde. Les employés à temps plein, qui ont demandé à ne pas être nommés, car ils ne sont pas autorisés à parler au nom de Twitter, ont déclaré qu’ils n’avaient reçu aucune notification interne avant le licenciement des contractuels avec lesquels ils collaboraient.

Un grand nombre de travailleurs contractuels de Twitter ont découvert qu’ils avaient été soudainement licenciés ce week-end après avoir perdu l’accès à Slack et à d’autres systèmes de travail, selon des communications internes par des employés à temps plein de Twitter. Ces suppressions d’emplois font suite à des licenciements qui ont réduit de moitié environ les effectifs de Twitter et amputé de 15 % son équipe chargée de la confiance et de la sécurité.

Twitter n’aurait pas non plus informé les managers de ces suppressions de postes, qui n’ont réalisé que leurs collègues avaient été licenciés qu’après avoir vu que leurs comptes avaient été désactivés dans le système de Twitter. Selon un courriel interne envoyé aux contractuels, Twitter explique que les suppressions de postes font partie de son « exercice de redéfinition des priorités et d’économies ». Il informe également les employés que leur dernier jour de travail est le lundi 14 novembre, mais qu’ils n’auront rien à faire.

Cette situation rappelle celle des employés à temps plein qui ont appris qu’ils avaient perdu leur emploi, non pas par un courriel promis le vendredi, mais dans la nuit de jeudi à vendredi, lorsqu’ils ont perdu l’accès à leur messagerie électronique et aux autres systèmes informatiques de l’entreprise. Twitter a depuis lors tenté de réembaucher certains employés à temps plein après avoir constaté que leurs compétences étaient essentielles pour les projets en cours, y compris les nouvelles fonctionnalités qui étaient une priorité pour l’entreprise.

Le statut de nombreux contractuels est en suspens depuis que Twitter a réduit la moitié de son personnel au début du mois, certains ne sachant même pas à qui faire rapport, puisque leurs homologues au sein de l’entreprise ont été licenciés. Aujourd’hui, certains s’inquiètent de leur dernier salaire parce que leurs équipes n’ont plus d’employés à plein temps de Twitter pour signer leurs cartes de pointage.

Suite à la prise de contrôle par Musk, un certain nombre de cadres de Twitter ont déjà démissionné ou ont été licenciés et il est possible que d’autres employés perdent leur emploi en raison de la nouvelle politique de travail en personne de l’entreprise. Dans une transcription d’une session de questions-réponses entre Musk et les employés, Musk a clairement indiqué que les travailleurs doivent revenir au bureau et que seules les « personnes exceptionnelles » peuvent travailler à distance. « En gros, si vous pouvez vous présenter dans un bureau et que vous ne vous présentez pas au bureau, démission acceptée », a déclaré Musk.

Twitter est en pleine tourmente depuis qu’Elon Musk en a pris la direction, avec des produits et des fonctionnalités lancés puis retirés. Cela inclut une nouvelle version de son service d’abonnement Twitter Blue, qui permet aux abonnés d’avoir la même coche bleue que celle attribuée aux comptes vérifiés des politiciens, des journalistes, des agences gouvernementales et des célébrités. Twitter a mis ce service en suspens en début de semaine après qu’un flot d’imitateurs ait utilisé le service d’abonnement pour se faire passer pour diverses marques, des athlètes et des hommes politiques de premier plan.

L’annulation du travail des contractants marquerait la dernière réduction en date au sein de la plateforme de médias sociaux, qui a déjà licencié environ la moitié de ses employés après le rachat de l’entreprise par Elon Musk le 28 octobre dernier.

Le cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, s’est excusé la semaine dernière d’avoir fait croître l’entreprise « trop rapidement », un jour après que la société de médias sociaux ait procédé aux licenciements. Dorsey s’est personnellement efforcé de faire en sorte que Musk reprenne son entreprise dans le cadre d’un rachat par emprunt litigieux et a fait entrer ses propres actions dans la nouvelle société de portefeuille.

Au 30 juin 2013, peu avant son entrée en bourse, Twitter comptait approximativement 2 000 employés, selon les documents déposés auprès de la Sécurités and Exchange Commission américaine. À la fin de l’année dernière, l’entreprise a déclaré qu’elle était passée à approximativement 7 500 employés à temps plein. Musk a abordé les licenciements dans un tweet le 4 novembre, écrivant : « Concernant la réduction des effectifs de Twitter, il n’y a malheureusement pas le choix lorsque l’entreprise perd plus de 4 millions de dollars par jour. Toutes les personnes licenciées se sont vues offrir 3 mois d’indemnités de licenciement, soit 50 % de plus que ce qui est légalement requis ».

Depuis sa prise de contrôle, Musk a informé les employés restants de Twitter qu’il a vendu des milliards de dollars d’actions de Tesla, son entreprise de véhicules électriques, pour « sauver » Twitter. On ne sait pas encore si Musk continuera à vendre des actions Tesla pour rembourser la dette de Twitter. Il a également déclaré aux employés de Twitter que la faillite n’était pas exclue pour l’entreprise de médias sociaux dans un contexte de ralentissement économique, et alors que les annonceurs ont fui ou interrompu leurs dépenses sur la plateforme pendant sa prise de contrôle difficile.

Source : Twitter

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here