Le collectif Anonymous annonce entrer officiellement en cyberguerre contre la Russie

0
Le collectif Anonymous annonce entrer officiellement en cyberguerre contre la Russie
Anonymous

Anonymous, collectif de hackers, hacktivistes, déclare la cyberguerre à la Russie. En représailles de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et le gouvernement de Vladimir Poutine.

Selon le compte Twitter apparenté, un groupe de hackers qui se revendique Anonymous a indiqué ce jeudi 24 février entrer en cyberguerre contre le gouvernement russe. Peu de temps après, un autre tweet annonçait que le site Web de la chaine TV de Russia Today (RT) avait été mis hors ligne.

La chaine RT, média pro russe, est soutenue par le Kremlin et diffuse dans de nombreux pays, dont la France. Une attaque par déni de service (DoS) a ainsi mis temporairement hors ligne le site de l’agence d’information russe.

D’autres attaques devraient suivre et impacter les sites gouvernementaux : le Ministère de la Défense, la Chambre Basse du Parlement… Mais aussi des infrastructures stratégiques comme la production d’énergie ou les télécommunications.

Ce qui serait une réponse claire aux différentes attaques subies par l’Ukraine depuis le début de l’année et qui proviennent sans aucun doute de hackers russes. Des informations qui ont été naturellement démenties par les officiels russes.

Anonymous ont déjà fait parler d’eux, entre autres, lors des manifestations du Printemps Arabes pendant lesquelles les représailles envers les manifestants avaient été sanglantes. Mais aussi contre l’Etat Islamique suite aux attentats sur le sol français. Ou encore lors du décès de Goerge Floyd, à Minneapolis aux Etats-Unis, une vidéo – semble-t-il attribuée aux hackers – circulait alors les réseaux sociaux.

De nombreux experts en défense et sécurité sont unanimes : la guerre conventionnelle sera conjointe avec une cyberguerre.
Depuis de nombreuses années, la Russie est accusée de piratage informatique sans qu’elle soit vraiment inquiétée.
Même si en 2017, le président russe Vladimir Poutine avait reconnu l’existence de « pirates patriotiques » s’attaquant aux ennemis de la Russie.

Fin janvier, des dizaines de sites du gouvernement ukrainien ont été piratés. Si bien que des appels au volontariat sont apparus sur plusieurs forums de pirates informatiques.

« Cybercommunauté ukrainienne ! Il est temps de s’impliquer dans la cyberdéfense de notre pays », pouvait on lire dans un message, demandant aux pirates et aux experts en cybersécurité de soumettre une candidature via Google Docs, énumérant leurs spécialités, telles que le développement de logiciels malveillants, et des références professionnelles.

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here